MASS Effect series – Part 3

Mass Effect 3 (2012) est le dernier volet de la trilogie du Commandant Shepard, A-RPG en vue « troisième personne ». Pas grand chose à ajouter par rapport au deux précédents opus si ce n’est que Drew Karpyshyn n’a pas pris part à la scénarisation. Il faut obligatoirement installer et passer par Origin pour y jouer. Idem pour les mises à jour, DLC, etc…

/!\ AVERTISSEMENT /!\

Même chose que pour l’article précédent : si vous n’avez pas joué/fini ME 2, je vous conseille de le faire avant de lire si vous n’aimez pas être spoilé.
Toutes poursuites engagées contre l’auteur seront totalement ignorées et même qu’il se moquera sans vergogne, parce que le mot est joli.

Les Récolteurs, d’anciens Prothéens moissonnés lors du cycle précédent et responsables de l’enlèvement des colons, on été anéantis dans leur base située au cœur de la galaxie. De retour au sein de l’Alliance, Shepard doit expliquer ces actions entreprises aux côtés de Cerberus auprès d’une cours martiale. Alors que les responsables de l’Alliance sollicite Shepard, les communications avec la station spatiale Arctutus sont coupées  : Les Moissonneurs attaquent la Terre !

Les Moissonneurs sont là !

La création de votre Avatar :

Comme son prédécesseur, Mass Effect 3 vous propose trois choix pour débuter : utiliser le personnage par défaut, créer son personnage ou l’importer (dans le cas où il ne meurt pas) depuis une sauvegarde de ME 2. Lors de la création personnalisée, le sexe du personnage n’a pas d’importance au niveau du gameplay, hormis quelques options de dialogue/romance il, restera un humain appelé Shepard. Le fait d’importer son personnage permettra d’obtenir quelques bonus ainsi que de garder son niveau, les compétences associées ainsi que le trait de caractère et le background qu’on aura à choisir en cas de nouveau personnage.

Commandant Shepard, prêt à combattre l’envahisseur !

Toujours pas de changement lors de la sélection de la classe du personnage. Six classes différentes partant du Soldat maîtrisant le combats et les armes, l’Ingénieur expert technologique et l’Adepte puisant ses pouvoirs dans la maîtrise de la biotique. Les trois autres découlent de combinaisons de Soldat-Ingénieur, de Ingénieur-Adepte et de Adepte-Soldat.

Les différentes classes du personnage.

Gameplay :

Le jeu se joue de la même manière que ces prédécesseurs, tir à la troisième personne avec possibilité (une obligation je dirais) de se mettre à couvert et de mettre le jeu en « pause » pour activer ses capacités/lancer ses pouvoirs et gérer les actions de ses coéquipiers. Bien qu’étant un A-RPG, Mass Effect 3 comprend une part importante voir prépondérante d’action. On pourra d’ailleurs choisir, à la création de son personnage, sa préférence quant à sa façon de jouer : Action (Pas de dialogues sélectionnable) –  Jeux de Rôle (Choix des dialogues et difficulté changeable) – Histoire ( Sélection des dialogues mais difficulté des combats minime).

Les différents choix de jeu.

L’expérience est accumulée en tuant des ennemis et en accomplissant des quêtes, pas de changement de ce côté là.

Côté compétences, l’arbre se ré-étoffe, chaque compétence, 8 au total, comprends maintenant 6 niveaux de spécialisation, fonctionnant sur le même principe que précédemment : niveau X = X points de compétence. Il est possible de choisir entre deux variantes de spécialisation au delà du niveau 3.

L’Arbre des Compétences du Soldat

Les alliées vous suivront dans vos déplacements comme dans les précédents opus, six coéquipiers dans le commando final (+ 1 provenant de DLC).
Quelques changements/améliorations au niveau de la mise à couvert, comme la possibilité de passer d’un couvert à un autre sans s’exposer, ont été fait ainsi qu’au niveau de la course.

Une flèche indique un changement de couvert possible.

La barre de vie devient fragmentée, seule une dose de Médi-gel permet de récupérer l’intégralité de sa santé, la portion entamée se régénéra toute seule. Son emplacement, ainsi que celui du bouclier, n’ont pas changé.

Des combats toujours aussi épiques. Surtout en mode Démentiel !

Les ennemis sont visibles sur le radar, disponible lorsque qu’on accède aux compétences. Le système de cartouche thermique est toujours utilisé, les ennemis en lâcheront lors de leur mort.

Hors combat, on pourra toujours discuter avec ses coéquipiers, qui se déplacerons dans le Normandy et dans la Citadelle, et membres de l’équipage bien que le format de dialogue est quelque peu changé. En effet, dans les précédents opus, une roue des dialogues apparaissait systématiquement lorsqu’on s’adressait aux personnages principaux. Lors de la plupart des échanges la roue n’apparait pas, seul la personne à qui on s’adresse dit une phrase ou deux. Pour le reste des dialogues, la roue est toujours présente et les QTE font toujours leur apparition. Les romances sont toujours possibles et pourront être poursuivies dans la continuité des précédents opus si le personnage a été importé.

Les phases de décryptages/piratage on définitivement disparu, remplacé par une petite animation de déverouillage.

La navigation entre les secteurs de la galaxie via les relais cosmodésiques se font toujours de la même façon, avec une dépendance au carburant que l’on pourra trouver dans des débris ou en l’achetant dans les stations de ravitaillement. Un grand changement au niveau de l’exploration à été fait. Plus question de récupérer des « matières premières » comme dans ME2, avec la venue des Moissonneurs, il s’agira de récupérer des Ressources de Guerre.

Le voyage intra-système.

Lors de l’exploration, le Normandy pourra émettre un signal qui permettre de localiser les ressources. Seul problème, les Moissonneurs seront attirés par ce signal et tenterons de vous intercepter. Pour s’en sortir, il faudra sortir du Système. Tant qu’une nouvelle mission n’aura pas été faîte, les Moissonneurs y reviendront systématiquement.

Ne jamais laisser les Moissonneurs se rapprocher, ou ce sera la fin !

Pour revenir aux Ressources de Guerre : les Moissonneurs ont envahis la Galaxie et il faudra former des alliances entre les diverses races pour pouvoir espérer leur tenir tête. Les Ressources de Guerre seront gagnées au fur et à mesure des missions principales, lors des missions secondaires et également lors des phases d’exploration.
Une salle dans le Normandy permettra de faire le point sur l’état des ressources accumulés.

Comme dans le Codex, les ressources de guerre sont expliquées par un historique.

Le Codex rassemblera les informations sur les ennemis, les lieux, les quêtes, l’univers, etc…

Qui ? Pourquoi ? Comment ? Tout est dans le Codex !

Équipement  :

L’équipement à évolué pour devenir un mélange entre Mass Effect 1 et 2. On retrouve les mêmes catégories d’armes : Pistolets, Mitraileuses, Fusil d’Assault, Sniper et Fusil à Pompe. Les armes lourdes ne sont plus sélectionnables, on pourra en trouver au gré des missions, utilisable qu’une seule fois. Les armes devront être choisies avant les missions, dans la baie de chargement. Nouveauté par rapport au précédent opus : la gestion de l’encombrement. Chaque arme possède son propre poids. Ce poids influe sur les capacités : plus le personnage est chargé moins les capacités seront disponible rapidement; à l’inverse moins le personnage sera chargé, plus tôt les capacités seront disponibles. Les compagnons ne pourront transporter que deux types d’armes prédéfinis.

Un arsenal conséquent mais les pouvoirs en sont ralentis.

Autre nouveauté sur les armes, outre les capacités de munitions hérités de ME 2, le retour des mods : allègement du poids, augmentation des dégâts, augmentation de la précision, plus gros chargeur, etc…

Les mods sont de retours ! Améliorations dégâts, portée, etc…

L’armure de Shepard est toujours personnalisable, les différents morceaux d’armure (torse, bras, tête, jambes, etc…) peuvent être achetés dans des magasins, sur la Citadelle par exemple, ou trouvé lors des quêtes.

Les pièces d’armure des différents constructeurs octroieront des bonus divers.

A l’opposé, les améliorations obtenues via l’ordinateur de recherche ne sont plus disponibles mais les armes peuvent être améliorées, jusqu’au niveau 5 puis jusqu’au niveau 10 sous certaines conditions.

L’amélioration de niveau accorde, entre autres, augmentation des dégâts et réduction de poids.

Ennemis :

Les Moissonneurs ont envahis la Galaxie et ont commencé à « moissonner » les différentes espèces de la Galaxie, qu’on aura à affronter. Ainsi que de vieilles connaissances…

Oui, c’est bien un Moissonneur…

Le Multijoueurs :

Grande nouveauté dans cet opus : Le Multijoueurs.
Il correspond à peu de choses près au mode « Horde » de Gear of War, consistant à l’élimination de vagues successives d’ennemis de plus en plus nombreux et puissants.
Pour se faire, on peut former une coterie de 4 joueurs maximum, de races et de classes différentes (la plupart des classes ont été créées spécialement pour le multi).

Classes Multijoueurs

Extrait des personnages que l’on peut jouer.

L’objectif sera de survivre aux 10 vagues successives d’ennemis, dans certaines vagues viennent s’ajouter des objectifs supplémentaires (désactivation de balise, piratage, etc… il faudra juste appuyer sur le bouton puis rester à côté…) rapportant des crédits.

A la fin de chaque vagues, les joueurs reviennent en partie.

Ces crédits sont à utiliser pour débloquer des « packs », plus ou moins cher, permettant de débloquer des armes, des mods, des « classes » de personnage différents, etc… Ces packs peuvent être également achetés avec des « Points Bioware », achetés avec de l’argent réel (qui sert également à l’achat des DLC). Les personnages pourront être personnalisés.

Le tableau de fin de partie, résumant l’expérience, les crédits et les récompenses gagnées.

Il y’a quatre niveaux de difficultés et 4 races d’ennemis différentes (depuis le dernier « DLC Multijoueurs Gratuit »).
A la fin de la partie, on peut gagner un pourcentage de contrôle de la galaxie. Ce contrôle sert en fait à améliorer les Ressources de Guerre dans la partie solo. En effet, le multiplicateur de Ressource est de 50% par défaut. Par exemple si dans la partie solo, 5000 points de ressources ont été rassemblé, si aucune partie multijoueur n’a été terminée, le score des ressource sera de 2500 (5000 x 50%).
Le pourcentage ainsi que l’expérience gagné à chaque partie dépendra de la difficulté ainsi que de la localisation des missions (qui peuvent être choisies aléatoirement).

La carte de l’Univers, avec les pourcentages de contrôle de chaque secteur.

Graphismes :

Le moteur utilisé est toujours le Unreal Ungine 3. Du fait du manque de puissance des consoles, notamment la PS3, le potentiel graphique a été revu à la baisse. Il en reste tout de même une qualité excellente.

Shepard et Anderson sur le pied de guerre.

Une partie de la Citadelle.

Un découverte importante sur Mars.

La Bande Sonore :

Jack Wall, le compositeur principal des deux premiers jeux n’a eu aucune implication dans ME3. Le compositeur principal est Clint Mansell, connu pour ses musiques de films, il n’a jamais travaillé sur des musiques de jeux. Voici ce que ça donne. Les doubleurs n’ont pas changé.

Les DLC :

A cette date, 10 DLC sont disponibles : 3 payants et 1 gratuit pour la campagne solo plus des packs pour les éditions collector, 4 pour le mode multijoueurs.

Screenshots supplémentaires :

L’écran d’accueil de Mass Effect 3

Shepard en armure complète.

Une autre ancienne connaissance.

Un écran de chargement. Le Normandy voyageant entre les Systèmes.

Exemple de contenu d’un pack acheté, pour le multijoueur.

Prêt ? Feu !

La cabine du Capitaine de Vaisseau. Notez les miniatures de divers vaisseaux.

/!\ SPOILER /!\

Votre équipe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.