MASS Effect series – Part 2

Mass Effect 2 (2010) est le second volet de la trilogie, A-RPG et vue à la troisième personne. Electronic Arts ayant fait acquisition de BioWare, c’est maintenant EA qui édite le jeu sur toute les plateformes. Il est en partie scénarisé par Drew Karpyshyn, qui démissionne de sa fonction pour se consacrer à sa carrière d’écrivain (je reviendrais là-dessus ultérieurement).

/!\ AVERTISSEMENT /!\

Si vous n’avez pas encore joué à MASS Effect (ME), je vous conseille de ne pas continuer. Malgré que je fasse pas de spoiler sur le contenu du jeu en lui même, il est bien évident que le fait qu’il s’agisse d’une suite, je vais spoiler sur le contenu de son prédécesseur. Enfin moi, j’dis ça, j’dis rien, hein… (célèbre phrase qui revient à dire … rien, en fait …).

J’vous aurais prévenu !

Ok ?

Bon, bah c’est parti alors !

L’armée de Saren, guidée par Sovereign, à été défaite. Le Spectre turien renégat mort et le Moissonneur détruit, le Normandy est chargé de patrouiller dans l’espace concilient et détruire les derniers bastions de résistance geth. Lors d’une des patrouilles, un énorme vaisseau inconnu apparaît et, bien que le Normandy soit en mode furtif, se met à tirer. Sévèrement endommagé, le bâtiment doit être évacué.

La création de votre Avatar :

Trois solutions sont proposées. Le personnage peut être directement importé d’une partie de ME (ou de ME 2 si vous l’avez déjà fini), il conservera son physique (au besoin, des modifications seront possibles); démarrer à partir du personnage par défaut ou le créer de toute pièce. Comme dans le précédent opus, le héros peut être masculin ou féminin mais sera toujours un humain dont le nom sera Shepard.
Dans le cas où il s’agira d’un personnage importé, on gardera le background et le trait de caractère que l’on a choisit dans ME ainsi que quelques bonus; dans le cas d’une création d’un nouveau personnage, il faudra les choisir.

Commandant Adam Shepard, importé de Mass Effect.

Les classes de personnage n’ont pas changé, on retrouve donc le Soldat (spécialiste des armes) ; l’Adepte (biotique possédant de nombreux pouvoirs) ; l’Ingénieur (spécialiste technologique) ; Le Franc-Tireur (soldat/ingénieur) ; la Sentinelle ( ingénieur/adepte) ; le Porte Étendard ( adepte/soldat).

Choix des différentes classes.

Gameplay :

Pas de changement majeur dans la façon de jouer par rapport à son prédécesseur : ME 2 reste un jeu de tir en vue objective. L’aspect RPG est cependant légèrement délaissé au profit de l’action. L’expérience s’accumule de la même façon, en tuant des ennemis mais surtout en terminant les diverses missions et en ramassant des technologies. Au contraire du premier, on ne verra pas directement l’expérience gagnée à chaque tué, mais en fin de mission où un écran de résumé compile les ressources récoltées, l’argent ramassé, les technologies et armes trouvées, etc …

L’écran de fin de mission.

L’arbre des compétences a été simplifié, les spécialisations d’armes ont disparu et seuls les pouvoirs peuvent être augmentés lors du passage à niveau (ainsi qu’une compétence propre à chaque personnage). Chaque pouvoir à 4 degré de spécialisation, le coût de l’augmentation est égal à son niveau (niveau 1 = 1 point, niveau 2 = 2 points, etc…). Le niveau 4 de chaque compétence proposera 2 choix, se résumant souvent à « plus fort », « plus longtemps » ou « plus de zone d’effet ».

L'arbre de compétence du Soldat

L’arbre de compétence du Soldat.

De la même façon que dans ME, deux alliées vous accompagneront dans vos déplacements, parmi 9 différents (+ 2 provenant de DLC).
La fonction de course et de couvert a été améliorée que ce soit en terme de praticité ou d’efficacité.
La barre de vie est en bas au centre et, à l’instar des FPS récents, la vie revient lentement, comme dans Halo 2 ou Call of Duty. Le bouclier/ la barrière biotique sont également présents, au centre en bas de l’écran. Le Médi-gel ne sert plus, dans un premier temps, qu’à remettre sur pieds les alliées. Les ennemis sont toujours visibles sur le radar qui, lui,  ne devient accessible que lorsque le mode d’accès aux compétences est enclenché.

Les échanges de tirs sont très intenses

Autre changement important lors des combats : la gestion des munitions. Alors que dans  ME l’arme pouvait tirer sans interruption (exemple avec le fusil d’assaut), dans  ME 2, l’apparition des « cartouches thermique » change la donne.
En effet, les armes ont maintenant un nombre limité de tirs. Cependant, le réceptacle des cartouches thermique étant universel, le fait d’en ramasser une profitera à toute les armes, – sauf aux armes lourdes – si deux armes n’ont plus de munitions, ramasser une cartouche thermique rechargera un peu les deux armes. Les grenades sont remplacées par les armes lourdes, très puissantes mais dont les munitions sont difficiles à trouver.

Un tir du M920 Caïn, une arme lourde… Très lourde…

Hors combat on pourra toujours dialoguer, et entretenir des romances, avec ses compagnons dans le Normandy, entre autres lieux; le format des réponses n’ayant pas changé. Points de Pragmatisme et de Conciliation s’acquièrent toujours de la même façon avec une nouveauté : lors de certains dialogues, on pourra accomplir des actions « Héroïques » et « Téméraires » grâce aux boutons de la souris, sous la forme de QTE.

Pas de changement en ce qui concerne le déplacement entre les divers relais cosmodésiques, le changement majeur se situe au niveau de l’exploration des « systèmes » : la navigation entre chaque système se fait manuellement et coûte du carburant (on sent que la crise du pétrole à eu une incidence sur les développeurs) . Le carburant peut être acheté dans des stations prévues à cet effet, où on pourra également acheter des sondes.
Dans ME 2, il n’y a plus de balade en Mako. Pour récupérer les ressources nécessaires ( au nombre de quatre : Élément Zéro, Iridium, Platine, Palladium) à la recherche des améliorations récupérées/achetées, il faudra scanner les planètes avec ces sondes.

Le scannage d’une planète.

Autre changement, l’Omni-gel n’est plus utilisé, puisque le Mako n’est plus et que les parties de « décryptages » se font sous deux nouvelles formes.
Le premier mode de décryptage fonctionne sur le principe du jeu des paires : un grand circuit imprimé où se trouvent des symboles cachés dont il faudra trouver les paires.

Une seule erreur met fin à la tentative.

Le deuxième mode suit le principe du puzzle : parmi une liste de « morceaux de code » qui défile, il faut trouver 3 morceaux de codes qui s’assembleront. Il y a 3 essais et le fait d’aller sur du code « corrompu » fera, au mieux, rechercher un code et, au pire, échouer la tentative de piratage.

Le piratage des PDA et autres éléments dans le genre se fait sous la forme de compilation de code.

Les deux « mini-jeux » ont bien sûr un temps limite et une fois perdu on ne peut pas recommencer (sauf en chargeant la partie; les portes/coffres qui font avancer dans le jeu n’ont pas cette règle).

Le Codex reprend les informations récoltées dans l’épisode précédent et sera toujours une mine importante d’information.

La lecture des parties principales du Codex est toujours doublée.

Équipement :

Par rapport à Mass Effect premier du nom, ME 2 à un système d’équipement épuré. Outre le fait que les armes ne peuvent être choisies qu’en début de mission ( lorsqu’on en ramasse une pendant la mission, l’arme remplace la précédente sans laisser de choix), il n’y a plus possibilité de changer les armures des coéquipiers. Des mods, on ne retrouve que les mods de munitions, remplacés par des capacités à activer, selon la classe; l’armure de Shepard pourra être personnalisée avec des éléments trouvés lors des missions ou achetés dans les divers magasins. Chaque élément (casque, bras, torse, etc…) apporte un bonus (santé, bouclier, munition, etc…).

L’arsenal porté sur le terrain. N’est pas commando qui veut !

Les autres améliorations (dégâts, vie, armure, etc…), qui bénéficient également aux coéquipiers, doivent être recherchés via le terminal associé, lorsqu’elles auront été trouvées. Les marchands ne vendent plus que des améliorations.
Toute les armes ne seront pas accessible à toutes les classes et à tous les alliés.

Le terminal de Recherche du Normandy.

Ennemis :

Pas de grands changement si ce n’est de nouveau ennemis avec une IA améliorée.

Souriez, vous êtes snipé !

Graphismes :

Les graphismes ont été améliorés par rapport à l’opus précédent. Les visages sont plus fins, les décors sont plus travaillés, etc…

La navigation entre les divers systèmes doit être précise sinon on gâche du carburant.

Qui peut-être cette superbe femme ?

La Bande sonore :

Les musiques sont toujours aussi immersives, par le même compositeur principal : Jack Wall. Pas de changement non plus au niveau des voix, les doubleurs sont les mêmes, ou des bruitages. Pas de dépaysement en perspective.

Les DLC :

Pour Mass Effect 2, le nombre de DLC s’élève à 12 dont 5 apportent un vrai contenu scénaristique (plus de précision dans le dernier article consacré à mes impressions personnelles). Pour les autres, il s’agit de packs d’armes ou d’armures.

D’autres screenshots pour la route :

L’écran d’accueil de Mass Effect 2

A couvert !

L’intérieur d’un des vaisseau de la Flotte Nomade.

Les combats ne résolvent pas tout… Mais être bien équipé, ça aide.

Illium, la première colonie Asari

/! ATTENTION SPOILER /!

Votre équipe, presque au complet.

C’est tout pour le moment en ce qui concerne Mass Effect 2.

D’autres screenshots ici !

3 réflexions sur « MASS Effect series – Part 2 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.