Review – Arc the Lad (2002 – PS1)

Arc the Lad - Bannière

Moult années en arrière, j’avais terminé Arc the Lad sur Playstation. Mes souvenirs étaient plutôt flatteurs le concernant, et la découverte d’un patch fr sur le net (merci la TRAF) était une bonne occasion de m’y remettre.

Arc the Lad - Le coffret Working Designs

Le coffret Arc the Lad Collection

 

Édité et développé par Sony, le jeu sortira en 95 uniquement au Japon, et il faudra attendre une compilation de Working Designs pour le voir débarquer sur le nouveau continent en 2002. Bref, un premier opus d’une nouvelle licence qui deviendra une pentalogie.

 

 

  • Histoire

L’histoire revisite le bon vieux concept du héros qui veut venger son père et de l’héroïne qui veut briser les traditions de sa lignée pour fuir le mariage arrangé. Seulement, éteindre une flamme millénaire au sommet d’un plateau, ça entraine quelques menues conséquences, et c’est la prophétie qui est en marche et qui rassemble les héros. Ajoutez à cela des intrigues politiques, un sang royal héritier du trône, des Gardiens avec le pouvoir des éléments, et vous obtenez Arc the Lad.

Arc the Lad - Et en français s'il vous plait ! Ça c'est la classe

Et en français s’il vous plait ! Ça c’est la classe

Intégralement en 2D en dehors de quelques cinématiques et éléments 3D, les graphismes ont agréablement vieillis. Si elle est capable de faire mieux, rappelons qu’en 1995 la Playstation vient juste de sortir. Les personnages voient leur sprite manquer de précision, mais quand on se rappelle certains jeux de lancement comme F-Zero sur SNES, on est capable de pardonner. Les effets de lumières et les animations rattrapent le coup et nous rappellent notre support. Ils seront avec les cinématiques les seuls à le faire, car les boutons de la manette ne seront pas tous utilisés. Les bruitages sont corrects et l’on appréciera les quelques voix enregistrées (pour les sorts notamment). N’oublions pas non plus les bonnes musiques au synthé typées japonaises, trop peu nombreuses hélas. Elles auront le mérite de se graver dans votre tête, faute de mieux tant elles reviennent fréquemment.

Arc the Lad - La jaquette japonaise de la BO

La jaquette japonaise de la BO

Pour parler brièvement des musiques composées par Andō Masahiro (compositeur des Gran Turismo), les génériques et les cinématiques verront leurs musiques enregistrées en version orchestrale, ce qui rajoute vraiment une dimension épique. D’ailleurs, Sony ne s’y trompera pas, puisqu’elles seront réinterprétées par le Royal Philarmonic Orchestra dans une édition CD qui vaut le détour !

Un coup de foudre personnel pour la version arrangée au piano par Keiichi Oku, qui sortira après Arc the Lad III, qui est juste exceptionnelle et que je vous recommande vivement (notamment les thèmes Arc et Memory).


Let’s play !

Arc the Lad - Système de jeu

Le système de combat

Le jeu se présente comme un tactical RPG qui n’a de tactique que le nom, puisqu’en dehors de la navigation sur un champ de bataille, il est impossible d’organiser des formations ou de prévoir des actions sur plusieurs tours. On pourra reprocher au titre sa répétitivité tant il faut farmer, et le manque d’intérêt des objets droppés.

Arc the Lad - C'est PAS CLAIR !

Des chiffres, que des chiffres, rien que des chiffres, c’pas clair…

Chaque personnage dispose de 4 emplacements d’équipement passif dont certains sont clairement inutiles, ou non-identifiés (« l’effet varie selon les monstres » ouais, ça m’aide…). Impossible d’acheter des armes ou des armures, impossible de booster ses compétences de façon personnalisée, quand bien même on comprendrait quelque chose aux stats et à leur menu à l’ergonomie défaillante.

Ce ne serait pas franchement un problème si le jeu ne se résumait pas qu’à des combats. Si la force d’Arc the Lad est la mise en scène, le scénario est très dirigiste et liberticide. Les déplacements hors combat s’effectuent selon une map monde peu flatteuse, et la progression se fait linéaire. Vous pouvez bien sûr XPer pour servir d’interlude dramatique, mais le système de combat étant assez pauvre, vous vous en lasserez très vite et chercherez à connaitre la suite de l’histoire. Un manque d’interactivité qui fait mal aujourd’hui, et qui faisait déjà mal à l’époque après les mondes vastes et libertaires des Final Fantasy, Ys, Breath of Fire, etc.

Arc the Lad - Le système

Le système « d’exploration » (sans redimension)

En conclusion, Arc the Lad a une histoire intéressante et des graphismes 2D agréables, développe un univers sympathique et pose un gros cliffhanger pour annoncer sa suite. Malheureusement, il souffre gravement d’un gameplay clairement mal étudié. La stratégie est inexistante, et si les personnages sont attachants, leur mauvais équilibrage au combat leur font perdre charisme et intérêt, notamment pour ce qui est de Chongara et de Pacco. Les musiques sont bonnes mais trop peu nombreuses pour les savourer tant elles sont surexploitées.

Arc the Lad - L'équipe au complet dans des décors somptueux

L’équipe au complet dans des décors somptueux

Il va sans dire qu’il fallait pour Sony un RPG à la sortie de sa console, et ce fut celui-ci, peut-être un peu trop vite mis en boite au vu de sa faible durée de vie (une huitaine d’heures), du nombre de musique et du panel d’actions possibles.
Outre sa réédition en 2002 dans Arc the Lad Collection, Jeuxvidéo.com a fait état d’une news en Novembre 2013 posant la possibilité d’un reboot de la licence, sans écho pour l’instant.

http://www.jeuxvideo.com/news/2013/00069302-arc-the-lad-refait-surface.htm

Arc the Lad - Screens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *